Administration des Ponts et Chaussées Papier stratégique route2020.lu du réseau étatique
Home | Liens | Contact Index | A propos du site
28-07-2017 - 12:49 (GMT+0100) Imprimer


> home > Le réseau routier européen (niveau européen) > Le réseau des routes européennes (et ses répercussions sur le réseau national) > Le besoin de routes étatiques performantes suscité par le réseau 'routes européennes'


Le besoin de routes étatiques performantes suscité par le réseau 'routes européennes'

Vers le niveau supérieur


Le Grand-Duché de Luxembourg est traversé par quatre routes européennes, à savoir les:

  • E25 : Hoek van Holland – Rotterdam – Maastricht – Arlon – Luxembourg – Metz – Strasbourg – Mulhouse – Basel – Genève – Mont-Blanc – Alessandrio – Genova
  • E44 : Le Havre – Amiens – Charleville/Mézières – Luxembourg – Trier – Koblenz – Giessen
  • E29 : Köln – Luxembourg – Saarbrücken – Sarreguemines (E25 Strasbourg)
  • E421 : Aachen – St. Vith – Luxembourg

La E25 est une route repère, les E44 et E29 sont des routes intermédiaires et la E421 est une route d’embranchement.

A l’instar du cahier des charges fixé lors de l’accord AGR, des mesures permettant de répondre à cet accord ont dorénavant été prises au Grand-Duché. Sur le territoire luxembourgeois, une des premières conditions retenue était la mise en place d’un nouvel itinéraire en fonction de la voirie hiérarchiquement la plus élevée. Dans ce contexte, on peut citer par exemple la E29 : jusqu’en 1996, l’itinéraire de la E29 passait encore par le centre de la Ville de Luxembourg (Dommeldange – Côte d’Eich – boulevard Royal – pont Adolphe – place de Bruxelles – boulevard d’Avranches – Pulvermuhle) et ce n’est qu’après l’ouverture du tronçon Irrgarten – Kirchberg du boulevard périphérique de la Ville de Luxembourg que l’itinéraire a été changé pour passer à partir de Waldhof via Senningerberg sur le boulevard périphérique et continuer à partir de l’échangeur de Irrgarten en direction de Remich. Après l’ouverture du tronçon de l’autoroute du Nord [A7] entre la N11/route d’Echternach et le Plateau de Kirchberg [A1], la E29 a été déplacée sur cette artère.

Une autre mesure décidée lors de l’accord AGR de 1975 était le contournement des agglomérations traversées par les routes européennes. En effet, pour répondre au mieux à la mise en place d’un réseau hautement performant des routes européennes, il s’agissait d’éliminer toutes les traversées d’agglomérations importantes se trouvant sur ces itinéraires.

Les exemples récents de contournements de localités construits en vue d’un réseau « routes européennes » plus performant sont le contournement de Pétange (E44) resp. les contournements de Sandweiler et de Bous situés tous les deux sur la E29 :

  • le contournement de Pétange et de Rodange (E44)
    Le contournement de Pétange et de Rodange assure la liaison du PED (Pôle Européen de Développement) à la Collectrice du Sud [A13]. Il longe l’ancienne route nationale N5 à une distance de 400 m et est en service depuis 1994.
  • le contournement de Sandweiler (E29)
    Le contournement de Sandweiler prend son départ à l’ouest de la localité de même nom au giratoire N2/CR34b assurant la desserte de plusieurs zones artisanales et industrielles d’envergure tout comme les usines de Dupont de Nemours, contourne la localité de Sandweiler par le sud sur une trajectoire de 2.300 m en passant à l’orée de la forêt du « Sandweilerboesch » pour venir se raccorder à l’est à la N2 par un deuxième giratoire. Une branche supplémentaire partant de ce giratoire assure la liaison avec la N28.
  • le contournement de Bous (E29)
    Le contournement de Bous prend son départ à l’est de la localité de même nom à la fin de la descente de Remich,où aux abords du virage à droite il va tout droit et contourne la localité par un tracé de 750 m le long du ruisseau ‘’Aalbach’’, se raccorde à la N13 par un giratoire pour rejoindre la N2/E29 à l’ouest de la localité de Bous.

Il n’est certes pas un hasard que la majorité de ces contournements se trouve sur les itinéraires de ceux de routes européennes qui ne sont pas prévues d’être dédoublées par des autoroutes. Afin de répondre d’un côté aux accords internationaux visant un réseau de routes européennes hautement performant et d’autre part aux intérêts des riverains longeant les routes (des riverains réclamant un apaisement/une réduction du trafic), 6 nouveaux projets de contournement sont programmés.

 

Le contournement de Heinerscheid (E421-N7)   

La localité de Heinerscheid est implantée en bordure de la N7/E421. Alors que le centre de la localité de Heinerscheid est situé à l’écart de cette grande artère, quelques anciennes maisons et fermes isolées bordent depuis longue date la route nationale. Malheureusement ici, comme dans beaucoup d’autres villages, une urbanisation récente s’est développée en forme de ruban le long de la grande route, étirant la traversée de la localité pratiquement au triple de l’étendue de l’ancien village. Cette situation malencontreuse, combinée à un trafic toujours croissant avec une part très élevée (22 %) de poids lourds est de nature à accroître sans cesse les incommodités et les nuisances des résidents.

Dans un proche avenir la Commune de Heinerscheid projette l’aménagement d’une zone d’activités au sud-ouest de la localité dont les limites nord et sud s’étendent respectivement au chemin vicinal allant vers Kaesfurt et au chemin repris CR376 vers Grindhausen. La projection de cette zone d’activités nécessite la construction d’une nouvelle voie de desserte à partir de la N7 / E421. L’idée est de combiner cette voie avec le projet de contournement. La morphologie des terrains ainsi que le plan d’aménagement général (PAG) de la Commune de Heinerscheid favorisent un contournement tracé du côté ouest de la localité, c’est-à-dire du même côté que la future zone artisanale. Le nouveau contournement prend son départ sur un carrefour giratoire desservant également la zone d’activités et passe sur une longueur d’environ 1,8 km à l’ouest de la localité pour revenir sur la N7 au nord de Heinerscheid à proximité de la bifurcation du chemin repris CR338 venant de Binsfeld.

 

Le contournement de Hosingen (E421-N7)   

Le contournement de Hosingen prend son départ sur la N7 au sud de la localité par un grand giratoire qui dessert également la zone d’activités de Hosingen ainsi qu’une décharge pour matériaux inertes. Il s’élance par le nord en passant à l’ouest de la localité, passe sous le CR324 qui est raccordé par un échangeur complet sous forme de rampes hollandaises, traverse la butte de « Beirescht » par une tranchée couverte de 470 m de longueur et rejoint la N7 aux abords de la bifurcation avec le CR342 en direction de Rodershausen par un carrefour dénivelé sous forme de giratoire. Le long de la Cité Um Weiher, où le tracé se rapproche le plus des zones habitées, la route est creusée dans le terrain naturel afin de minimiser les gênes acoustiques auxquelles sont exposés les riverains.

 

Le contournement d’Echternach (E29-N10/N11)   

Le contournement de Echternach se compose de deux branches distinctes, dont la branche principale (première partie) passe dans un tunnel sous les jardins de l’abbaye et sous le parc de la Ville d’Echternach en bordure de la Sûre pour rétablir la N10 et la branche secondaire emprunte le tracé de l’ancienne voie « Charly » pour revenir sur la N11 (voir projet 7.2). Les deux branches sont reliées entre elles par un carrefour giratoire implanté à la gare d’Echternach.

La branche principale prend son départ au sud-est de la localité aux abords du pont frontalier enjambant la Sûre et supportant la E29 en provenance de Bitburg. La jonction avec la N10 se fait par un carrefour giratoire à réaliser au plateau de la Ste-Croix. A l’entrée de l’agglomération la N10 descend dans un tunnel qui passe sous les jardins de l’abbaye d’Echternach et sous le parc de la Ville pour revenir en surface à la gare d’Echternach. Cette branche, qui est la première partie du Contournement d’Echternach, permet de dégager le centre de cette ville pittoresque du grand flux des vacanciers migrant le long de la N10 longeant le ruisseau de la Sûre. Dans un avenir plus lointain, cette branche principale sera prolongée par un deuxième tunnel passant sous le plateau de « Ierelchen » pour contourner également les quartiers périphériques de cette ville, pour rejoindre la N11 à l’extrémité ouest de Echternach et pour rétablir ainsi l’itinéraire de la E29.

Vu l’envergure de cette deuxième partie de la branche principale, il semble opportun d’installer pour une phase intermédiaire une branche secondaire pour assurer la liaison avec la N11 et rétablir de manière provisoire l’itinéraire de la E29. Elle emprunte l’assise délaissée d’une ancienne voie ferrée à gabarit étroit dite la voie « Charly » qui sera élargie pour supporter une route à 2x1 voie et revient sur la N11 à l’extérieur du centre de la Ville d’Echternach (voir projet 7.2).

 

Le contournement de Junglinster (E29/N11)   

Le contournement de Junglinster prend son départ à l’Est de la localité au carrefour N11/CR121 qui sera transformé en giratoire, se rabat vers le sud, contourne le quartier résidentiel de « Reiland », suit son parcours au bord du plateau « Heed », enjambe la vallée de l’Ernz Noire par un viaduc de 430 m de longueur, se raccorde à la zone d’activités « Laangwiss » par un carrefour giratoire, passe sous la route nationale N11 pour rejoindre l’ancien tracé par une grande boucle se raccordant de nouveau à la N11 à l’entrée de la localité de Gonderange.

 

Le contournement de Remich (E29-N2/N16)   

Le contournement de Remich, d’une longueur totale de 2.800 m, prend son départ sur la N2/E29 dans la montée de Bous par un giratoire légèrement décalé vers le Nord pour revenir en arrière et contourner les vignobles sur le versant nord-est, se rabat vers le Sud, traverse le monticule de « Scheierbierg » par une tranchée couverte de 250 m de longueur et se raccorde à la N16 qui part en direction de Mondorf et rejoint l’autoroute de la Sarre [A13] par l’échangeur de Ellange-Gare.

Le contournement de Remich revêt une importance capitale pour la structuration du réseau routier européen, puisqu’il fait la liaison entre l’autoroute vers Saarbrücken [A8/A13] qui sur le territoire allemand a été désignée comme itinéraire de la E29 et la N2 Remich–Luxembourg qui du côté du Grand-Duché de Luxembourg supporte cette route européenne. Il faut par ailleurs être conscient que le contournement de Bous, dont les travaux sont en cours, donne seulement du sens en combinaison avec le contournement de Remich. Ce contournement permet ainsi de dévier autour de la localité de Remich l’ensemble du trafic lourd empruntant cet itinéraire européen et de lui épargner la descente très dangereuse de la rue Enz au cœur de cette ville pittoresque à vocation touristique.

 

Le contournement de Bascharage/Dippach (E44-N5)   

Dans sa configuration définitive le contournement de Bascharage/ Dippach prend son départ au rond-point Biff, point d’aboutissement du contournement de Rodange/Pétange, se rabat vers le Sud, franchit les voies des CFL, continue son chemin vers l’Est à la lisière de la forêt, traverse cette forêt en profitant de la laie de passage existante des lignes de haute tension, suit les voies ferrées à l’arrière de la zone d’activités de Bascharage, se décroche des voies ferrées aux abords du CR106 pour enjamber la ligne ferroviaire et la « Pawuesgriecht » par un passage supérieur, suit le couloir d’une ligne de haute tension pour enjamber la rivière de la Mess, se raccorde à la N13 par un échangeur en forme de giratoire et rejoint la N5 dans la descente de Dippach à l’Est de cette localité.

Reste à noter que sous l’optique de l’extension de l’A13 (voir liaison Sélange, projet 5.1), la jonction du contournement de Pétange et le contournement de Bascharage est à réviser. Dans la configuration actuelle, la Collectrice du Sud se prolonge par un souterrain sous le rond-point Biff dans le contournement de Pétange reliant entre elles deux routes de catégorie et de fonction différentes. L’extension de l’autoroute A13 vers la Belgique (Sélange) fournit l’occasion pour redresser cette situation.

Alors que l’axe de la nouvelle A13 sera légèrement déporté vers l’Est, le giratoire de Biff, déconnecté du réseau de la grande voirie, constituera le point de jonction entre le contournement de Pétange et le futur contournement de Bascharage et les correspondances entre cette voirie et l’autoroute A13 seront assurées par l’aménagement d’un nouvel échangeur. Complétée plus tard par le contournement de Dippach, cette artère d’ordre supérieur réservée à la circulation de véhicules automoteurs, constitue une liaison de haut niveau entre la Ville de Luxembourg et le Pôle Européen de Développement (PED) aménagé sur d’anciennes friches industrielles au coin des trois pays que sont la France, la Belgique et le Luxembourg. Cette route sert par ailleurs d’itinéraire à la route européenne E44 entre Luxembourg et Longwy.

Le réseau de routes européennes passant par le Grand-Duché tout comme les différents projets en relation avec la mise en conformité des infrastructures routières dans le cadre du réseau « routes européennes » sont présentés sur la carte numéro 3.


Haut de page

Copyright © Administration des Ponts et Chaussées   Aspects légaux | Contact