Administration des Ponts et Chaussées Papier stratégique route2020.lu du réseau étatique
Home | Liens | Contact Index | A propos du site
23-08-2017 - 09:59 (GMT+0100) Imprimer


> home > Synthèse


Synthèse

Vers le niveau supérieur
Le Ministère des Travaux Publics et l'Administration des Ponts et Chaussées fixent les fondements pour une restructuration du réseau routier étatique sur base du présent Papier Stratégique ‘’route 2020.lu’’ et précisent par-là leurs visions ciblées à moyen et à long terme. L’établissement d’un tel document de référence qui définit clairement la position et la stratégie de l'Administration des Ponts et Chaussées au sujet de l'évolution des infrastructures routières resp. au sujet de la gestion du trafic, s’impose face à l’expectation d’une augmentation de 30% du trafic individuel motorisé d’ici à l’an 2020 et ceci malgré un Modal Split de 25% en faveur des transports en commun.

Notons que la projection sur les déplacements transport en commun/trafic individuel motorisé citée ci-dessus est fournie par la Cellule Modèle de Trafic (CMT) et que c'est également cette cellule de trafic interministérielle qui va évaluer dans le cadre du Plan Sectoriel Transports les réflexions issues de l'étude intégrée IVL sur les transports et sur le développement spatial (étude soutenue par le Ministère de l'Intérieur, le Ministère des Transports, le Ministère des Travaux Publics, le Ministère de l'Environnement et le Ministère du Logement) ainsi que les projets d'infrastructures ressortant du présent Papier Stratégique sur l'orientation future du réseau routier étatique. Le but de ces études est de veiller à une prise en compte appropriée de l'objectif Modal Split 25/75 pour l'ensemble des projets futurs ressortant de la construction routière et ferroviaire, tout en répondant à un concept intégré qui garantit à la fois une accessibilité équitable et une mise en place d'une structure urbaine correspondant aux exigences du développement durable. Il va sans dire qu'une attention particulière est réservée aux déplacements transfrontaliers et que ce concept intégré s'inscrit dans le cadre de l'aménagement du territoire et tient compte des objectifs de développement socio-économique du pays ainsi que d'un équilibre bien compris avec les contraintes de la protection de l'environnement (voir Programme Directeur sur l'Aménagement du Territoire)

L’approche intégrative énoncée ci-dessus met en évidence que certains projets décrits dans le Papier Stratégique ‘‘route2020.lu’’ vont connaître une évolution resp. une nouvelle orientation au cours des années à venir.

En ce qui concerne la qualité de vie et la sécurité des usagers et des habitants aux abords du réseau routier, la philosophie poursuivie dans le Papier Stratégique ‘‘route2020.lu’’ opte pour une restructuration fonctionnelle du réseau routier. L’obtention d’un Modal Split ambitieux de 25/75% sera facilitée par la réorganisation du gabarit des routes existantes et une adaptation de celui en vue de la mise en place de couloirs réservés au transport en commun. Finalement, l'évolution esquissée des données structurelles jusqu'à l'an 2020 comporte évidemment l'obligation et la nécessité d'urbaniser de nouvelles potentialités / zones, et d'en garantir une desserte appropriée à partir du réseau routier étatique.

L'ensemble des considérations développées ci-dessus a impliqué la mise en place d’un concept global et cohérent sur l’évolution future des infrastructures routières. Le Papier Stratégique ‘‘route2020.lu’’ illustre ce concept et traite des différents projets susceptibles d’être construits dans les années à venir.

Avant sa réalisation, chaque projet routier repris dans le présent Papier Stratégique sera soumis à toutes les procédures d’autorisation prescrites par les lois et directives, tant sur le plan national qu’à l’échelle européenne. Citons dans ce contexte la directive européenne 97/11/CE concernant l’évaluation des incidences de certains projets publics et privés sur l’environnement humain et naturel, qui, une fois transposée dans le droit national, définira la constitution des dossiers et le déroulement des procédures :

  • le projet technique de l’infrastructure routière est à compléter par une notice d’impact sur l’environnement et par une notice d’impact de sécurité, qui doivent être réalisées indépendamment des autres éléments du dossier d’évaluation et de la réalisation effective du projet.
  • la procédure d’instruction se fait en deux étapes :
     
    • sur base de l’avant-projet sommaire sera réalisé sous l’autorité du ministre ayant dans ses attributions l’Aménagement du Territoire une étude d’impact comparative. Cette première étude juge de l’opportunité du projet de construction concerné et analyse l’impact des différentes variantes. L’étude sera suivie d’une consultation du public avant de poursuivre le processus de décision.
       
    • sur base de l’avant-projet détaillé et d’un cahier des charges-type élaboré par le ministre ayant dans ses attributions l’Environnement, une étude d’impact détaillée sera réalisée. En se basant sur cette étude, le ministre ayant dans ses attributions l’Environnement définit les mesures compensatoires.
       
    Chacune des deux étapes sera suivie d’une décision du Conseil de Gouvernement confirmant la suite des études en vue de la réalisation du projet.

A côté de ces procédures d'autorisation, chaque projet fera l'objet d'une présentation au grand public avec toutes les informations sur l’ensemble du processus de décision qui ont conduit à la définition du tracé ainsi que sur les caractéristiques et les mesures compensatoires relatives au projet de construction.

Le but de ce Papier Stratégique est de mettre en évidence la continuité des travaux et la philosophie de l’Administration des Ponts et Chaussées en matière de la planification routière future.

Un accent tout particulier a été porté sur une classification fonctionnelle et hiérarchique des différents projets routiers ainsi que de leur enjeu dans le contexte européen, trans-frontalier , national, régional ou local. Ainsi les quatre piliers de ce documents sont :

A travers ces quatre chapitres, 31 projets d’infrastructures routières ont été traités de manière sommaire. La répartition est la suivante :

  • 6 projets de niveau européen
  • 7 projets de niveau transfrontalier et/ou national
  • 13 projets de niveau régional
  • 5 projets de niveau local


La carte 26 rend compte des différents projets, de leur appartenance à un des niveaux précités et de leur situation géographique.

La philosophie de la conception des nouvelles routes proposées dans ce papier, est basée sur le principe qu’une restructuration du réseau routier (comme p. ex. un contournement de localité) va toujours ensemble avec un déclassement en hiérarchie des tronçons routiers contournés/délestés. De plus, ce déclassement en hiérarchie sera mis en évidence par une réorganisation complète de l’espace routier sur les tronçons routiers délestés. Face à l’objectif politique d’un Modal Split 25/75, cette redistribution de l’espace routier dans les traversées de localités privilégie davantage les transports publics resp. les piétons/cyclistes et évite par-là d’offrir des capacités exagérées au trafic individuel motorisé.

C’est dans cet ordre d’idées que l’Administration des Ponts et Chaussées recherche à déclasser un maximum de routes étatiques lors d’un nouveau projet routier et même de transférer ces routes déclassées (si possible) dans le patrimoine communal.


La carte 27 met en évidence cette philosophie poursuivie par l'Administration des Ponts et Chaussées en relevant le nombre de routes déclassées autour des trois régions que sont le nord du pays, la capitale (et sa périphérie) et le sud du pays. La carte 27 fait ressortir qu'à pratiquement chaque projet peut être associé un déclassement de routes étatiques et qu'il ne s'agit pas de construire simplement des kilomètres de routes sans pour autant penser aux conséquences, à l'instar d'idées reçues, mais que derrière tous ces projets ont retrouve une philosophie dont le principal pilier est l'amélioration de la qualité de vie de la population luxembourgeoise ainsi qu’un gain de confort et de sécurité pour tous les usagers circulant sur les routes du Grand-Duché.

Il ne faut se laisser induire en erreur par le nombre de projets présentés dans le présent Papier Stratégique. Le bilan ci-contre, dresse un relevé détaillé des longueurs kilométriques des 31 projets routiers et montre que face à l’étendue du réseau routier existant, l’extension future reste très modeste. Ce relevé se présente de la façon suivante.

  • 23,5 km de routes européennes projetées
  • 31,5 resp. 32,6 km de routes primaires projetées (en fonction des variantes de tracé)
  • 42,8 km de routes régionales projetées
  • 6,7 km de contournements de localités projetés

Le relevé englobe un total de 104,5 km d’infrastructures routières projetées. La construction de l’ensemble des projets signifierait donc une augmentation d’à peu près 3,5% du kilométrage des infrastructures existantes, qui est actuellement de 2.965 km (voir "Le réseau routier étatique en 2003").

Ces seuls chiffres illustrent parfaitement que les mesures présentées dans ce dossier sont en conséquence optimisées afin de permettre de palier à une future évolution du trafic (augmentation du trafic individuel motorisé de 30% d'ici à l'an 2020) tout en maintenant l’envergure des projets à un stricte minimum.

Conclusion :

 
Augmentation modeste des infrastructures routières (+3,5%)
 
   =   

Réponse :
- aux problèmes de trafic actuels
- à l’évolution future du trafic routier
  esquissée à + 30% jusqu'à l’an 2020

 


La carte 28 montre en détail les extensions engendrées par la mise en place de l’ensemble des projets repris dans le Papier Stratégique ‘‘route2020.lu’’, ainsi que le nombre de routes à déclasser en conséquence de la réalisation des différents projets.


Haut de page

Copyright © Administration des Ponts et Chaussées   Aspects légaux | Contact