Administration des Ponts et Chaussées Papier stratégique route2020.lu du réseau étatique
Home | Liens | Contact Index | A propos du site
28-05-2017 - 20:30 (GMT+0100) Imprimer


> home > Les décisions ressortant des sommets de la grande région > Le bilan des infrastructures routières existantes dans la Grande Région


Le bilan des infrastructures routières existantes dans la Grande Région

Vers le niveau supérieur


La politique visionnaire des concepteurs et décideurs luxembourgeois, soucieux de mettre en place des infrastructures routières transfrontalières assurant une interconnexion optimale des réseaux autoroutiers longtemps avant la naissance du schéma de développement de la Grande-Région « Sarre-Lor-Lux + », espace regroupant le Grand-Duché de Luxembourg, le Land de la Sarre, le district de Trèves, la « Planungsgemeinschaft Westpfalz » ainsi que le Kreis de Birkenfeld pour la Rhénanie-Palatinat, la Lorraine pour la France et la province de Luxembourg belge et la province de Luxembourg belge a permis de réaliser des liaisons routières performantes avec les trois pays limitrophes que sont la Belgique, la France et l’Allemagne. Malheureusement la connexion entre elles de ces trois autoroutes internationales convergeant sur le boulevard périphérique de la Ville de Luxembourg a favorisé le développement du trafic traversant le Grand-Duché en simple transit

Cette situation peu favorable, encore empirée par la politique des prix de carburant très compétitifs pratiquée au pays, a conduit à des flux de trafic d’une intensité toujours croissante, résorbant presque la totalité des capacités de circulation sur nos autoroutes internationales, et particulièrement sur l’axe Arlon - Luxembourg - Metz.

Les problèmes de manque de capacités se trouvent encore aggravés par les multiples de navetteurs indigènes et frontaliers affluant chaque jour vers leurs lieux de travail situés au centre ou à la périphérie de la capitale. En 2002 le nombre des frontaliers, c’est-à-dire des navetteurs venant le matin des trois pays limitrophes pour aller travailler au Grand-Duché et retournant le soir à leur domicile à l’étranger, s’élevait à 100.000 personnes dont 53 % en provenance de la Lorraine, 27 % en provenance de la Belgique et 20 % en provenance de l’Allemagne. Ce phénomène est en progression et pour 2020 l’importance des frontaliers est estimée à 168.000 unités (données structurelles établies en collaboration avec le STATEC pour l’étude IVL, Pendlervariante 0,75; voir Introduction).

Cette évolution néfaste, accompagnée d’embouteillages de plus en plus fréquents aux heures de pointe, met en danger la multifonctionnalité de notre réseau de grande voirie et lui fait perdre l’avantage des possibilités de contournement des agglomérations situées à proximité de ces grands axes de transit.

Ce développement est particulièrement désagréable pour la Ville de Luxembourg, car l’épuisement total des capacités d’évacuation sur le boulevard périphérique de la Ville de Luxembourg par les flux de transit international et par celui des navetteurs transfrontaliers repousse le trafic de transit local et le trafic inter-quartier de la capitale sur le réseau de la voirie urbaine où il entre en conflit avec les fonctions de l’habitat et de la circulation de desserte locale.

Etant donné que ces problèmes ne concernent pas seulement le Grand-Duché, ils ont été traités lors du 6ème et 7ème Sommet de la Grande Région ; Sommets rassemblant les décideurs politiques de la région Saar-Lor-Lux+. C’est ainsi qu’en accord avec les partenaires des régions limitrophes du Luxembourg, des solutions traitant de l’amélioration de la situation et de la prévision de l’évolution future du trafic ont été étudiées et retenues lors des deux derniers Sommets de la Grande Région par les responsables politiques du Saar-Loor-Lux+.

La carte 6 met en évidence les solutions bénéficiant d’un consensus en matière d’infrastructures de transport.


Haut de page

Copyright © Administration des Ponts et Chaussées   Aspects légaux | Contact